Après les disparitions, effacements, gommages et autres façons de se cacher, la rose perce le vernis et les coulures d’acrylique. Plus forte que le personnage qui s’estompe, elle se grave à la surface telle un tatouage.
Cette pièce est composée de nombreuses couches et strates, aussi diverses les unes que les autres, sans lesquelles cet effet de translucidité n’aurait pas été possible.

Rose Nr 1403-2013 – Format 130×162 cm
Techniques mixtes sur toile – Avril 2013